Soutenance de thèse: Sébastien SANTONI (12 décembre 2016)

Discipline : Sciences de l’Univers ; Mention : Terre solide : géodynamique des enveloppes supérieures, paléobiosphère


Contributions du multi-traçage isotopique et géochimique à la compréhension des aquifères côtiers : mise en place d'un modèle de fonctionnement de l'aquifère de Bonifacio (Corse-du-Sud)

Résumé vulgarisé

L’aquifère carbonaté de Bonifacio représente l’unique ressource en eau locale de l’Extrême-Sud de la Corse et doit faire face à des pressions anthropiques qui n’ont de cesse de s’intensifier. Actuellement, le tourisme constitue à la fois l’activité économique majeure de la région (1.800.000 visiteurs par an) mais aussi la plus importante menace anthropique sur la ressource en eau de ce territoire. Exploité encore de façon marginale et non coordonnée, cet aquifère constitue pourtant une ressource indispensable pour la diversification et la sécurisation de l’approvisionnement en eau potable. Face à ces enjeux importants, une stratégie de mise en exploitation durable de la ressource doit être rapidement définie afin d’éviter une dégradation qualitative et quantitative à l’image de que connaissent déjà la majorité des aquifères littoraux méditerranéens. Cette étude a pour objectif de proposer une méthodologie multi-outils permettant de retracer l’ensemble du parcours souterrain de l’eau au sein du plateau et ainsi définir un modèle conceptuel du fonctionnement de l’aquifère de Bonifacio. Un large panel de traceurs hydrochimiques et isotopiques a ainsi été déployé au cours de deux cycles hydrologiques pour (1) identifier les zones de recharge par un suivi des isotopes de la molécule d’eau sur les pluies et les eaux souterraines (2) discriminer et quantifier les processus complexes de minéralisation et d’interaction eau-roche à travers l’utilisation des éléments chimiques majeurs et traces ainsi que des isotopes du strontium (3) définir le potentiel hydrodynamique de l’aquifère par un monitoring permanent de la piézométrie dans les deux niveaux aquifères (4) définir les temps de résidence et hiérarchiser les flux avec les signatures en gaz atmosphériques anthropiques (CFCs, SF6) et (5) détecter et évaluer les pertes d’eau douce en mer à l’aide des images thermiques infrarouges et des isotopes du radon et du radium. Face aux évolutions climatiques et aux sollicitations toujours croissantes, l’utilisation d’outils de traçage naturel est apparue comme particulièrement pertinente pour la mise en exploitation durable de l’aquifère de Bonifacio et plus largement pour la gestion des aquifères côtiers sous forte pression anthropique.
 

En savoir plus


Rédigé par L'ECOLE DOCTORALE le Mardi 22 Novembre 2016 à 17:50 | Lu 156 fois