Soutenance de thèse: Romain RICHARD-BATTESTI (16 novembre 2016)

Discipline: Langue et Littérature françaises ; Mention: Littératures comparées


Le roman policier ethnologique : un observatoire de l’interaction entre mondialisation et traduction.

Résumé vulgarisé

Les effets de la mondialisation se manifestent essentiellement de deux façons : d’une part avec des phénomènes tendant à la globalisation et à la suprématie de la culture anglo-américaine, mais aussi par des échanges interculturels entre des identités se sentant menacées par ce contexte. Considéré comme le miroir de la société le roman policier rend compte de ce phénomène. En fin de XXe siècle, les intrigues policières de Tony Hillerman et Arthur Upfield sont traduites en français, la spécificité de ces romans réside dans le fait que les intrigues ne se déroulent pas dans une cadre habituel de l’enquête policière, mais dans des milieux naturels et des sociétés archaïques des indiens navajos ou des aborigènes d’Australie. Ces intrigues ont alors été classées dans une catégorie appelée « roman policier ethnologique ». Mais cette simple classification éditoriale masque en fait des enjeux bien plus importants à l’ère de la mondialisation. Le contenu interculturel de ces intrigues appelle un rapport au divers et à l’étranger et ces intrigues ont donc vocation à être traduites. L’observation de la diffusion internationale de ces romans puis l’étude technique des traductions démontrent que cette forme de littérature policière est le reflet du contexte de mondialisation mais aussi une vitrine de l’interculturalité. En effet, sur le marché mondial de la traduction la diffusion de cette littérature a concerné la langue anglaise et la culture américaine jusqu’aux années soixante-dix, puis des échanges entre les cultures menacées par la globalisation à partir des années quatre-vingt-dix. D’autre part la traduction même de ces intrigues interculturelles a vu apparaître de nouvelles pratiques fondées sur l’ouverture et le respect de l’autre. Ainsi le traducteur ne traduit plus au sens propre les éléments culturels comme les expressions en langue navajo, sa fonction est désormais d’expliquer au moyen de notes ou de glossaires, ce faisant il favorise la rencontre des cultures, mais il permet aussi l’enrichissement de son identité par la découverte et la compréhension de l’autre.
Les fondements de l’ethnologie se sont ainsi réactivés dans ce contexte mondialisant et cette littérature policière pour laquelle la traduction est devenue une nécessité.
 

En savoir plus


Rédigé par L'ECOLE DOCTORALE le Lundi 17 Octobre 2016 à 13:58 | Lu 114 fois