Soutenance de thèse Damien BROC (10 décembre 2014)

Discipline: Histoire, Histoire de l’Art et Archéologie Mention: Histoire et Civilisations : Histoire et Archéologie des mondes anciens et des mondes médiévaux ; de l’Art


Dynamiques politiques, économiques et sociales dans la Corse médiévale : le Diocèse de Nebbio (XI° siècle – c. 1540)


Résumé vulgarisé

Par la richesse de sa documentation, le diocèse de Nebbio nous offre un point d’observation de première importance sur la Corse du Moyen Âge. La place de l’institution épiscopale s’y perçoit particulièrement bien. Les évêques jouaient d’abord un rôle politique et administratif dans la mesure où ils gouvernaient la cité de Nebbio et collectaient des taxes sur le commerce maritime. Par ailleurs, entre la fin du XIe siècle et le courant du XIIe siècle, ils participaient à la réforme de l’Église sous l’égide du Saint-Siège.
            Cependant, un autre pouvoir s’affirmait au XIIIe siècle : les communautés, dont la mission consistait à rendre la justice et, par voie de conséquence, à résoudre les conflits. Autrement dit, les institutions communales permettaient la coexistence pacifique des populaires et des familles seigneuriales.
            Malgré tout, dans le cours du XIVe siècle, les équilibres sociaux étaient rompus. En sorte qu’en 1357-1358, tous les châteaux du Nebbio étaient détruits, cependant que les Avogari-Gentile se maintenaient dans leurs seigneuries de Nonza et de Canari, au prix de la concession de statuts d’inspiration communale. Les révoltes populaires amenaient aussi l’émergence d’un nouveau groupe social : les caporali. Ces notables se faisaient alors les hérauts des milieux populaires mais, au fil du temps, ils s’en détachaient.
            Au milieu du XVe siècle, les populaires du diocèse, excédés par les désordres et l’arbitraire générés par les aristocraties seigneuriales ou « caporalices », trouvaient un refuge à Saint-Florent. Cependant, la situation sociale du diocèse de Nebbio se tendait et se dégradait entre la fin du XVe siècle et les années 1540. La population connaissait alors une croissance importante, de sorte que le contrôle des ressources économiques entraînait une vive concurrence mais aussi de grands déséquilibres sociaux. De là, résultaient de nombreuses violences, dont beaucoup étaient le fait des caporali.
 

En savoir plus


Rédigé par L'Ecole Doctorale le Jeudi 20 Novembre 2014 à 17:00 | Lu 239 fois