Soutenance de thèse: Candice OBRON-VATTAIRE (11 décembre 2015)

Discipline: Langue et Littérature Françaises - Mention: Littératures comparées


Napoléon, un mythe postmoderne ? Description et analyse de la figure napoléonienne, dans l’imaginaire collectif, à travers la littérature populaire et la culture de masse (bande dessinée, jeux vidéo, publicité)

Résumé vulgarisé

Cette thèse a pour objectif de questionner la présence de la figure napoléonienne, près de deux cents ans après la disparition de Napoléon Bonaparte (1769-1821), dans la production culturelle populaire francophone (littérature, bande dessinée, jeux vidéo, publicité) de la fin du XXe siècle et du début du XXIe siècle.
Par l’étude et l’analyse d’un corpus élargi à différents supports de la culture populaire et par l’utilisation de la mythocritique (étude critique des mythes et des figures qu'ils soutiennent d'un point de vue psychanalytique), il a été question de mettre au jour les mythèmes et les motifs qui se dégagent aujourd’hui du personnage historique et mythique, en ayant préalablement retracé son parcours depuis sa création et au fil des deux siècles écoulés.
Résulte de nos travaux le constat suivant : la figure devenue mythique de Napoléon Bonaparte n’a jamais quitté les esprits des créateurs depuis deux cents ans et sa présence n’a cessé d’être réactualisée selon l’époque traversée. Même si elle sert souvent un discours politique, elle  demeure polymorphe : elle incarne diverses postures telles l’héroïsme, l’arrivisme, le mérite, la liberté, la tyrannie, le courage, etc. – l’aventure humaine en somme. La figure napoléonienne peut tout incarner. Et c’est ici que réside à la fois le génie de son créateur et la force de son mythe.    
Le personnage de Napoléon Bonaparte et ses réinterprétations agissent comme une sorte de miroir de notre société – et avant elle, des sociétés qui l’ont utilisé – et peut nous permettre de mieux comprendre la France postmoderne multiple et parfois obscure. La silhouette de Napoléon Bonaparte raconte un monde qui n’est plus (période post-révolutionnaire) mais qui, indéniablement, continue d’irradier notre présent d’un passé complexe et riche en enseignements.
 

En savoir plus


Rédigé par L'Ecole Doctorale le Mardi 3 Novembre 2015 à 09:53 | Lu 294 fois