Soutenance de thèse: Ange-Toussaint PIETRERA (23 octobre 2015)

Discipline: Histoire, Histoire de l'Art et Archéologie - Mention: Histoires et civilisations: Histoire des mondes modernes; Histoire du monde contemporain; de l'Art; de la Musique


Imaginaires nationaux et mythes fondateurs ; la construction des multiples socles identitaires de la Corse française à la geste nationaliste

Résumé vulgarisé

Le XIXe siècle voit l’apparition d’un nouveau concept : la nation. C’est désormais sous son égide que les pays européens construisent leurs identités nationales et gèrent leur rapport à l’appartenance. Depuis plusieurs décennies, cette question a fait l’objet d’un regain sur la scène scientifique ; on a en effet beaucoup évoqué les notions d’ « imaginaires » ou de « mythes » pour caractériser le sentiment national. Cette thèse propose de les appliquer vis-à-vis de l’histoire contemporaine de la Corse.
Car après la conquête française (1769), l’île n’échappe pas à ce XIXe siècle. Tout en demeurant au sein du cadre français, une poignée d’élites n’en exalte pas moins les vertus de la Corse, loue son passé et ses figures illustres, instaurant déjà un rapport particulier à l’appartenance. Plusieurs sources ont été mobilisées durant ce travail, notamment la littérature, les actes administratifs, la presse ou encore l’image.
Nous avons orienté nos prospections vers trois axes. Tout d’abord, celui de l’histoire, une des plus importantes « inventions » du XIXe siècle. Alors que les histoires nationales se développent au même moment sur le Vieux Continent, l’histoire de l’île se construit à son tour, aidée par la littérature et l’illustration. Nous nous intéresserons donc à Comment on écrit l’histoire de la Corse et de quelle façon elle sert de catalyseurs aux mythes nationaux.
Le second axe que nous avons choisi de traiter est celui du héros, autour du trio Sampiero, Paoli et Napoléon. La construction de ce propos observera un développement semblable à la partie précédente, où à la sphère des représentations succèdera celle du figement, marqué par la fonte des statues.
Enfin, ce travail se terminera par l’évocation d’un phénomène que nous avons appelé la « geste nationaliste » prenant pour cadre l’autonomisme de l’entre-deux-guerres. Au moyen de publications célèbres (A Muvra), celle-ci propose un remodelage complet du système de représentation précédemment édifié. Ayant fait de la langue et la littérature corses leurs forces de créations, une nouvelle manière de penser le rapport à l’appartenance émerge et achève de stratifier cette période complexe.
 
Mots-clés : mythes nationaux – héros – histoire culturelle
 

En savoir plus


Rédigé par L'Ecole Doctorale le Jeudi 1 Octobre 2015 à 16:36 | Lu 239 fois